Qui suis-je ?

Qui suis-je ? est une énigme que chacun ou chacune peut se poser comme le sphinx que rencontre Œdipe à l’entrée de la ville de Thèbes. Ce sphinx a été mis là par Zeus afin de punir la ville car Laïos a violé Chrysippe, fils d’un Dieu.

Le sphinx attend l’homme ou la femme qui pourra résoudre son énigme :

« Quel est l’animal qui marche le matin sur quatre pattes,

à midi sur deux pattes

et le soir sur trois pattes ? »

Sont tués ceux qui ne trouvent pas la réponse. Un jour, Œdipe arrive et donne la bonne réponse : c’est l’homme ! Enfant, il marche à quatre pattes, adulte sur ses deux jambes, et avec une canne au soir de la vie ! Le sphinx se suicide et Œdipe joue la prophétie dont il est le héros : il tue son père géniteur et épouse sa mère Jocaste. Il accomplit ainsi son destin. Il reste dans l’ignorance jusqu’au moment où la vérité lui saute aux yeux. Yeux qu’il se fera sauter pour expier ses pêchers ! On peut se demander d’ailleurs comment il a pu rester ignorant aussi longtemps ainsi que sa mère car il y avait quand même des indices ! Mais quand l’être ne veut rien savoir de lui-même, il ne peut pas découvrir qui il est. Il a fallu beaucoup de temps à Œdipe pour qu’il ait enfin le courage de répondre à son Qui-suis-je ?

Qui suis-je ? est une des questions fondamentales qui peut mener un être parlant à pousser la porte d’un psychothérapeute, d’un psychologue clinicien ou d’un psychanalyste. Il y a des moments cruciaux dans une vie où l’on peut se demander qui on est, ce que l’on veut – c’est le Que Voy ? lacanien : Que veux-tu ? – et quelle direction donner à sa vie. C’est le moment idéal pour se mettre au travail.

Quand on rencontre un psychanalyste, psychologue clinicien ou psychothérapeute pour la première fois, on ne connaît pas la personne que l’on a en face de soi et pourtant on va devoir lui faire confiance, lui confier ses pensées les plus intimes, accepter d’être dépendant de lui.

Donc on se demande : Qui est-elle ? Qui est-il ? Puis-je lui faire confiance ? La confiance est fondamentale dans la relation psychothérapeutique et psychanalytique.

Sachez donc que Laure Baudiment, psychanalyste, psychothérapeute, est psychologue clinicienne de formation. Elle  mène des cures d’adultes, d’adolescents et d’enfants depuis plus de 15 ans que ce soit pour une psychothérapie brève, plus longue ou une psychanalyse. En fait, il n’y a pas d’âge pour commencer à changer, il faut juste un désir décidé !

Sa formation ne s’est pas arrêtée avec l’obtention de son diplôme de psychologue spécialisé en psychopathologie (DESS en psychopathologie) qui n’était qu’une première étape car dans ce métier la formation est quotidienne.

Laure Baudiment est membre active de l’Ecole du RPH (Réseau pour la psychanalyse à l’hôpital). C’est au sein de l’école du RPH qu’elle a reçu sa formation la plus solide pour sa pratique et qu’elle continue de se former.

Pour garantir sa praxis, elle poursuit sa psychanalyse, assiste et participe aux réunions cliniques du RPH, va en contrôle. Elle anime un groupe d’études de l’œuvre freudienne et lacanienne, rédige des articles. Elle participe aux deux colloques annuels du RPH et reçoit quotidiennement des patients et des psychanalysants.

Laure Baudiment est aussi membre du Collège Clinique des Forums du Champ Lacanien où elle suit séminaires et présentations cliniques afin de parfaire sa formation.

Elle a longtemps collaboré avec l’ASE de Seine & Marne en recevant des enfants placés en famille d’accueil suite à des maltraitances ou des histoires familiales compliquées.

Laure Baudiment a été membre du Réseau Oncoval qui est devenu le réseau GOSPEL qui s’occupe de patients souffrant de cancer. Elle reçoit régulièrement des personnes souffrant de maladies organiques.

Mais en fait ce n’est pas de Laure Baudiment dont il s’agit mais de vous ! Allez-vous avoir le courage de prendre un premier rendez-vous pour enfin venir parler de votre souffrance, de ce qui entrave votre vie, de ce qui vous empêche de vous réaliser, de vous assumer en tant qu’être désirant et parlant ?

Les commentaires sont clos.